Samedi 1er octobre 2022, le soleil se lève à l’approche du rendez-vous à 9h30 sur le parking à l’entrée du village des Salelles …

Bien sûr ! … le village des Salelles qui se trouve sur la commune de Saint-Maurice-d’Ibie (pas l’autre !!)

… grandement repérable par son cyprès-relais !

C’est donc à ses pieds que les  marcheuses et marcheurs prennent des forces avec un café gourmand avant de se mettre en route … vers le village de Saint-Maurice d’Ibie. (Lieu de rendez-vous avec les non marcheurs pour la suite de la journée)

 

 

ETAPE 1La marche : les Salelles – Saint Maurice d’Ibie

Une randonnée de 2h sur le tracé du chemin « Sur les pas des Huguenots »

Quittant donc le parking, une fois la rivière traversée (euh … une fois les cailloux admirés !) en prenant la direction de la montée, il est bon de faire une pause pour se retourner et avoir sous les yeux, en face, le village des Salelles que l’on vient de quitter

 

Paysage qui donne du souffle pour affronter les 6km restant …

 

Un chemin de montée, un agréable sous-bois avec bon nombre de champignons qui se cachent sous les feuilles, un long mur de pierre témoin ici ou plus loin du passage de sangliers.

Et nous voilà déjà à seulement 1,9km de Saint-Maurice-d’Ibie

 

Une marche agréable en faisant un peu de botanique

 

Et nous sommes en vue du village de Saint-Maurice-d’Ibie

 

ETAPE 2 – La pause : Saint Maurice d’Ibie

 

C’est alors que se retrouvent sur la place de l’église ceux qui arrivent à pied des Salelles et ceux qui arrivent là directement, en voiture !

Au total, une bonne trentaine de participants … qui sortent volontiers le pique-nique des sacs !

 

 

 

13h45 – Visite de l’église, extérieur et intérieur

Suivez d’abord la direction du doigt d’Aline, votre regard ira alors jusque sous les cloches, à droite, pour y découvrir la mystérieuse sculpture d’une pierre de récupération :

Et il y en a d’autres de ces pierres de récupération, ainsi que les marques de tacherons !

 

Daniel Richebé, notre guide du moment, poursuit la visite de cette église romane du XI-XIIème siècle.

Eglise, édifiée par les bénédictins de Conques, qui a donné son nom au village.

Très endommagée durant les Guerres de religions, elle a néanmoins conservé son porche roman à grosses voussures concentriques, surmonté d’un chrisme sculpté, entouré d’une fine torsade. Détail surprenant : l’Alpha et l’Oméga (le commencement et la fin) ont été inversé

A l’intérieur, posée sur un socle, une plaque de marbre blanc est certainement la pierre d’un autel primaire, pouvant être daté du 6ème ou 7ème siècle. Elle provient très certainement de la vallée du Rhone. Fabriquée par des moines, elle aurait pu être acheminée jusqu’à sa destination finale, en partie par voie d’eau.

 

 

 

L’attention se porte aussi sur une peinture dont la perspective laisse imaginer une coupole !

Il s’agit en fait d’une demi-coupole peinte au XIXème siècle de médaillons naïfs. Elle est inscrite aux monuments historiques.

 

 

14h30 – Pages d’histoire

– Intervention de Dieter DURCK pour une évocation des heures sombres du Camp d’internement des Espagnols (1940-1942)

– Intervention de Françoise AGERON pour une évocation de l’histoire extraordinaire de Charles Jeune, notaire huguenot de Villeneuve de Berg, supplicié par les dragons du roi, prisonnier, galérien et exilé

Vous trouverez ces interventions dans le prochain cahier PHA 2022

ETAPE 3 – Retour : Au village des Salelles

Les voitures retrouvant le parking du rendez-vous matinal, c’est avec le président de l’office du tourisme, Xavier Berte que s’effectue la visite du village

Après le four à pain, l’église, la promenade dans le village se termine par la visite du cimetière protestant. (Vous pouvez télécharger la liste de tous les lieux relevés de cimetières protestants)

ETAPE 4La grotte de Ron Baratu

Sur la commune de Lagorce, une falaise qui barre le lit de l’Ibie et oblige la rivière à la contourner, d’où son nom : Rocher qui barre

La montée est raide jusqu’à l’intérieur de la Grotte !

Un mur de soutènement à l’entrée, d’environ 1,5m de hauteur, permet d’obtenir un sol relativement plat à l’intérieur de la cavité.

Un chêne masque l’entrée.

Historiquement, cette grotte a servi à des assemblées au début des persécutions.

«Castanet, le chef camisard de l’Aigoual, passe par le Vivarais, y tient une assemblée dans une grotte (…). Arrêté à Méjannes-le-clap, son procès à lieu aussitôt à Montpellier en mars 1705 ; il avoue avoir «convoqué des assemblées où il avait prêché, notamment dans une caverne près de Lagorce», en Ardèche. Il s’agit vraisemblablement de la grotte du Ron Baratu, réputée avoir accueilli des assemblées à cette époque (Viala C.2005)

A l’âge de 10-12 ans, le pasteur Antoine Court y accompagnait sa mère depuis Villeneuve de Berg.

Cette grotte sert aussi de refuge et d’abri durant l’occupation en 1940-45.

C’est de cet abri riche en mémoire que se termine la saison des rencontres 2022

A bientôt pour la saison 2023 !